pétition, et sauvetage, action, manifestation, adoptions, co-voiturage, pésentation des membres, photos de nos toutous photos de nous.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contre le massacre de 80 000 bébés phoques en Namibie !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cleopha



Messages : 127
Date d'inscription : 06/05/2008
Age : 53
Localisation : LYON

MessageSujet: Contre le massacre de 80 000 bébés phoques en Namibie !!!   Jeu 10 Juil - 1:29

Je transmet :

Voici une lettre pour demander à la Namibie de respecter la loi sur la cruauté animale et ne pas matraquer à mort 80 000 bébés phoques

Voici les adresses ou envoyer cette lettre :

Aan : nangula@opm.gov.na, Information@NEWS-Namibia.org, spcawhk@mweb.com.na, fau@nspca.co.za, clairebass@wspa.org.uk, jbell@ifaw.org, mmaurihungirire@mfmr.gov.na

Sujet : Animal cruelty under the Animal Protection Act of 1962

Voici la lettre a envoyer entre les ***** :


******************************************************************************

Note that I fully subscribe the contents of this letter,

Yours faithfully,

Of all the creatures that were made, man is the most detestable. Of the entire brood he is the only one -the solitary one- that possesses malice. That is the basest of all instincts, passions, vices - the most hateful. He is the only creature that has pain for sport, knowing it to be pain. Also, in all the list he is the only creature that has a nasty mind.
NOM, PRENOM
PAYS
ADRESSE MAIL
On 1 July 2008, the Minister of Fisheries & Marine Resources awarded 4 Seal Rights Holders and their 140 Seal Clubbers the right to herd together 80 000 wild seal pups between 1 July - 15 November, and to club these seals pups on the head until dead, on three mainland desert beach seal colonies.
This is clear animal cruelty under the Animal Protection Act of 1962. Seal Alert-SA wants to know why this offence has never been prosecuted in Namibia?

Under the law, are all Namibian citizens not equal or does different laws apply to seal clubbers?

Is clubbing 80 000 seal pups, which started on 1 July, an offence of animal cruelty ?

This is the largest slaughter of wildlife mammals on the African continent.

Under the Animal Protection Act of 1962, an "Animal" means "any wild animal under control of any person". Offences, "Any Person" who, "ill-treats, infuriates, tortures, maims, cruelly beats, clubs, kicks, goads or terrifies any animal", is guilty of the offence of animal cruelty.

Deputy-Director of Marine Resources and the Namibian Ministry of Fisheries BJ van Zyl has stated that Namibia's seals are killed according to the Seabirds and Seals Protection Act of 1973, this "Act" states, it is an offence, "pursue or shoot at or wilfully disturb, kill or capture any seal", he states further the seal killing is regulated under the Sealing Regulations of 1976, which states, "A holder of a right relating to the harvest of seals must identify a group of pups to be harvested, which must be driven away from the sea and allowed to settle down before clubbing begins. A Clubber must kill a pup by clubbing it on the top of the head with a sealing club, until an inspector overseeing the harvest is satisfied the pup, which has been clubbed, is dead".

The jurisdiction of the Marine Resources Act of 2000 ends in regard to the coastline, at "the high-tide water mark".

Seals are herded beyond this jurisdiction and then clubbed to death.

It is clear, these Sealing Regulations of 1976, are in legal conflict with the Animal Protection Act of 1962 and the Sea-birds and Seals Protection Act of 1973, and the jurisdiction of the Marine Resources Act of 2000.

Does the Minister of Fisheries therefore have a lawful and legal right, to regulate seal killing with a regulation that causes these various animal and seal cruelty offences to be committed as a national policy ?

Minister of Fisheries and Marine Resources, states it is harvesting seals in accordance with Article 95 (1) of the Constitution, "the utilization of living natural resources on a sustainable basis for the benefit of all Namibians", yet Article article 101 states, "The principles of state policy contained in this Chapter shall not of and by themselves be legally enforceable by any Court".

So is the Minister guilty of the offence of Animal Cruelty under Namibia's own internal laws.

Does a "regulation" exceed an "Act" in law ?

Two independent US veterinarians judged that the sealing on two mainland seal colonies did not attain the standard of humaneness required by the US Department of Commerce in 1974. So according to the US Animal Protection laws the Minister is guilty of this offence.

On 16 or 23 July 2008, 27-member countries of the EU, will vote to decide whether or not to ban imports from seal products killed inhumanely, as defined by seal clubbing.

If the EU does approve the ban, will Namibia stop its seal clubbing policy, as does not this prove further, that this is animal cruelty ?

As Seal Alert-SA is not a resident or citizen of Namibia, this organization cannot therefore lay criminal charges against the Minister or the Sealers in Namibia. Seal Alert-SA however questions why the Namibian Wildlife Society (Information@NEWS-Namibia.org ) or the Namibian SPCA (spcawhk@mweb.com.na) or the Minister of Justice or Veterinary Society, has not laid charges of cruelty against the Minister of Fisheries ?

I have spoken to Celeste Houseman, Global Campaign Manager for the NSPCA (fau@nspca.co.za) who has confirmed it is an offence of animal cruelty what Namibian sealers are doing. Perhaps, Clare Bass of Marine Mammals at the World Society for the Protection of Animals (clairebass@wspa.org.uk), both of whom attended the meetings set up by the Prime Minister of Namibia in August, last year, can explain why they have not as organizations legislated to protect animals from cruelty, have not brought charges against the Minister in court ? Perhaps too, the International Fund for Animal Welfare (IFAW) in South Africa (jbell@ifaw.org) and Humane Society International, could explain this issue a little clearer, as both are campaigning to end the Namibian Seal Pup Slaughter ?

Is the Ministry of Fisheries statement that there is no other humane way to kill these seals, an explanation a legal court of law would accept ? Surely the court's reply would be "don't kill them", if you do continue clubbing seals, you will be committing an offence of animal cruelty.

I am no legal expert. I do feel my arguments above have legal merit. Is it therefore not the duty of the Minister of Fisheries and Marine Resources to get legal clarification on this, and release this legal opinion publicly.

Should the Minister simply ignore this request, does that in itself not imply guilt ?

Should the Prime Minister of Namibia Nahas Angula (nangula@opm.gov.na) not just step in, and call a moratorium on sealing clubbing until this legal opinion is obtained ?

For the Seals
Francois Hugo Seal Alert-SA
http://www.petitiononline.com/DPCFS/petition.html "

******************************************************************************

Voici une traduction de cette lettre :

"Notez que je suis entièrement d'accord avec le contenu de cette lettre

..........................................

Le 1er juillet 2008, le ministre des pêches et des ressources marines a attribué à 4 groupes de chasseurs de phoques et à leur 140 matraqueurs de phoques le droit de rameuter 80 000 bébés phoques sauvages entre le 1er juillet et le 15 novembre, et de matraquer ces bébés phoques sur la tête jusqu'à leurs morts, sur trois colonies de phoques des plages désertes du continent.

C'est une cruauté animale claire sous la Loi de protection des animaux de 1962. Seal-Alert SA veut savoir pourquoi cette infraction n'a été jamais poursuivie en Namibie ?

Est-ce qu'en vertu de la loi, tous les citoyens namibiens ne sont pas égaux ou des lois différentes s'appliquent-elles aux matraqueurs de phoques ?

Est-ce que matraquer 80 000 bébés phoques, ce qui a commencé le 1er juillet, est une infraction de cruauté animale ?
C'est le plus grand abattage de mammifères sauvages sur le continent africain.

Sous la loi de protection des animaux de 1962, un "Animal" signifie " tout animal sauvage sous le contrôle de toute personne" ;. Infraction, "Toute Personne" qui, " maltraite, énerve, torture, mutile, frappe cruellement, matraque, aiguillonne ou terrifie n'importe quel animal" est coupable de l'offense de cruauté animale.

Le Député-Directeur des ressources marines et du ministère de la pêche namibien BJ van Zyl a déclaré que les phoques de Namibie sont tués selon la loi de protection des oiseaux et mammifères marins de 1973, cette loi d'état est une infraction, "poursuivre ou abattre et ou obstinément déranger, tuer ou capturer n'importe quel phoque", il énonce plus loin que le massacre de phoque est réglementé sous les termes des règlements de la chasse aux phoques de 1976, qui énonce, " Un droit concernant le "prélèvement" des phoques qui doit identifier un groupe de bébés à prélever, qui doivent être conduits à partir de la mer et laissé s'installer avant que le matraquage commence. Un matraqueur doit tuer un bébé en le matraquant sur le dessus de la tête avec un club de chasse aux phoques, jusqu'à ce qu'un inspecteur surveillant le "prélèvement" soit satisfait que le bébé, qui a été matraqué, soit mort".

La juridiction de la loi des ressources marines de 2000 met fin au littoral a "la marque que fait l'eau à marée haute".

Des phoques vivent en troupe au delà de cette juridiction et sont matraqués à mort.

Il est clair, que les règlements de la chasse aux phoques de 1976, est en conflit légal avec la loi de protection des animaux de 1962 et la Loi de protection des oiseaux et mammifères marins de 1973, et la juridiction de la loi des ressources marines de 2000.

Le ministre de la pêche a-t-il donc le droit légal de régler le massacre des phoques avec un règlement qui cause à ceux-ci de diverses infractions de cruauté animale commises sur des phoques comme politique nationale ?

Le ministre de la pêche et des ressources marines, prélève des phoques conformément à l'article 95 (1) de la constitution, " l'utilisation des ressources naturelles vivantes sur une base soutenable au profit de tout les Namibiens", pourtant l'article 101 énonce, " Les principes de la politique d'état contenus en ce chapitre ne sont pas légalement exécutoires par aucune Cour"

C'est ainsi que le ministre est coupable de l'infraction de cruauté animale sous la loi de la Namibie en vigueur.

Est-ce qu'une régulation excessive est un acte légal ?

Deux vétérinaires indépendants des USA ont jugé que la chasse sur deux colonies de phoques du continent n'a pas atteint le niveau d'humanité exigé par le ministère du commerce des USA en 1974. Ainsi selon les lois de protection des animaux des USA le ministre est coupable de cette infraction.

Les 16 ou 23 juillet 2008, 27 pays membres de l'UE, voteront pour décider d'interdire les importations des produits de phoques tués inhumainement, comme défini par le matraquage des phoques.

Si l'UE approuve l'interdiction, la Namibie arrêtera-t-elle sa politique de matraquage des phoques de même que si ceci ne s'avère pas être plus que de la cruauté animale ?

Comme Seal Alerte-SA n'est pas un résidant ou un citoyen de la Namibie, cette organisation ne peut pas donc lancer des accusations criminelles contre le ministre ou les pêcheurs de phoques en Namibie. Répondez cependant aux questions de Seal Alerte-SA, pourquoi la société namibienne de faune (Information@NEWS-Namibia.org) ou le Namibien SPCA (spcawhk@ mweb.com.na) ou la société du Ministère de la Justice ou des vétérinaires, n'ont-elles pas lancées des poursuites pour cruauté contre le ministre de la pêche ?

J'ai parlé à Celeste Houseman, responsable de campagne globale pour le NSPCA (fau@ nspca.co.za) qui a confirmé que c'est une infraction de cruauté animale ce que les pêcheurs de phoques namibiens font. Peut-être, que Clare Bass des mammifères marins à la société du monde pour la protection des animaux (clairebass@ wspa.org.uk), toutes les deux ont assisté aux réunions installées par le premier ministre de la Namibie en août, l'année dernière, elles peuvent expliquer pourquoi elles n'ont pas comme les organismes ont légiféré pour protéger des animaux contre la cruauté, pourquoi elles n'ont pas apporté des charges contre le ministre devant le tribunal ? Peut-être aussi, les fonds internationaux pour le bien-être des animaux (IFAW) en Afrique du Sud (jbell@ifaw.org) et la société humanitaire internationale, pourraient expliquer et clarifier ce cas un peu, comme tous les deux font campagne pour en finir avec l'abattage des bébés phoques ?

Le rapport du ministère de pêche n'a aucune autre manière de mise à mort humaine pour ces phoques, une explication qu'un Tribunal juridique accepterait ? Sûrement la réponse de la cour serait "Ne les tuez pas" si vous continuez de les matraquer, vous commettrez une infraction de cruauté animale.

Je ne suis pas un expert légal. Je sens que mes arguments ci-dessus ont le mérite légal. N'est-il donc pas le devoir du ministre de la pêche et des ressources marines d'obtenir la clarification légale sur ceci, et de rendre cette opinion légale publiquement.

Est-ce que le ministre devrait tout simplement ignorer cette demande, pour ne pas impliquer sa culpabilité ?

Est-ce-que le Premier Ministre de la Namibie Nahas Angula (nangula@ opm.gov.na) ne doit pas simplement agir, et appeler un moratoire sur le matraquega des phoques jusqu'à ce que cette opinion légale soit obtenue ?

Pour les phoques
Francois Hugo Seal Alert-SA
http://www.petitiononline.com/DPCFS/petition.html

_________________________________________________________

Merci pour les phoques de Namibie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brigadedesanimaux.skynetblogs.be/category/1413501/1/ACCUE
 
Contre le massacre de 80 000 bébés phoques en Namibie !!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La vie avant tout :: Pétition :: Agir pour la cause animal :: Action-
Sauter vers: