pétition, et sauvetage, action, manifestation, adoptions, co-voiturage, pésentation des membres, photos de nos toutous photos de nous.
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les abattoirs Introduction,L’Abattage des Animaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 501
Date d'inscription : 04/05/2008
Age : 45
Localisation : Gatineau

MessageSujet: Les abattoirs Introduction,L’Abattage des Animaux   Ven 9 Mai - 5:11

Les abattoirsIntroduction
L’Abattage des Animaux
Un million et demi d’animaux sont abattus quotidiennement
Au Canada, 650 000 animaux de boucherie sont abattus chaque année, soit plus d’un million par jour. La mort, qui devrait mettre fin aux souffrances endurées à la ferme d’élevage et durant le transport, est au contraire une horrible expérience pour les nombreux animaux qui sont écorchés ou démembrés vifs.

L’industrie de l’emballage de la viande a subi de nombreux changements au cours des 50 dernières années. L’automatisation et l’appât du gain commandent une telle accélération du rythme de travail que des milliers d’animaux sont égorgés pleinement conscients. Les abattoirs connaissent la plus forte rotation de main-d’œuvre en Amérique du Nord; les travailleurs non expérimentés et sous-payés compromettent le bien-être des animaux.

L’application des quelques lois qui sont supposées protéger les animaux dans les abattoirs relève de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, une division du ministère de l’Agriculture du Canada. Les violations sont choses courantes : un relevé de 1999 indique que 23 % des porcs ont repris conscience après avoir été assommés électriquement dans un abattoir inspecté par les représentants provinciaux.

Les porcs
À leur arrivée aux abattoirs après un long et pénible voyage, les porcs subissent un électrochoc, sont battus pour sortir des camions, puis sont jetés dans des enclos où ils seront gardés, parfois jusqu’à 24 heures, sans boire ni manger.

Avant d’être abattus, les porcs sont assommés selon l’une ou l’autre des méthodes suivantes : soit par un courant électrique appliqué sur les tempes et transmis au cerveau pour les rendre inconscients, soit par CO2 dans une chambre à gaz hermétiquement fermée et provoquant la perte de conscience en quelque 30 secondes. Ces deux procédés sont problématiques. Le premier, parce qu’il est imprécis, le voltage étant souvent inadéquat, et parce qu’il dépend de la compétence du préposé. Le second, parce que le gaz provoque la panique et l’hyperventilation avant la perte de conscience.

Après avoir été assommés, les porcs sont suspendus, tête en bas, à un système de rails et entraînés vers l’égorgeur qui leur ouvre la veine jugulaire et la carotide. Pendant qu’ils saignent à mort, le convoyeur les fait passer au réservoir où ils sont ébouillantés pour leur blanchir la peau. Les porcs sont ensuite éviscérés, dépecés, emballés et livrés à votre fournisseur.

Les poulets
À leur arrivée à l’abattoir, les poulets, stressés, sont rudement extraits de leurs cageots de transport. On leur attache les pattes dans des étriers sur un convoyeur à courroie pour être transportés, tête en bas, à l’aire d’étourdissement. Là, leur tête est traînée dans de l’eau électrisée pour les étourdir avant leur abattage. Toutefois, les oiseaux soulèvent souvent la tête et sont, par conséquent, abattus bien conscients. De plus, le courant électrique est souvent plus bas qu’il le faudrait pour assommer les oiseaux inconscients (trop d’électricité risque d’endommager la carcasse).

Les poulets passent ensuite par un couteau rotatif supposé leur couper la gorge. Toutefois, de nombreux oiseaux de différentes tailles finissent la poitrine ouverte ou le dessus de la tête coupé. En principe, à ce stade, les animaux sont morts par la perte de sang, mais, souvent, ce n’est pas le cas. De nombreux oiseaux finissent dans la cuve d’échaudage pleinement conscients. Suivent l’éviscération, le démembrement et l’emballage. Karen Davis, présidente de l’association United Poultry Concerns, estime que, chaque jour, aux États-Unis (où les procédés d’abattage sont identiques à ceux du Canada), au moins 30 000 à 60 000 poulets entrent dans le réservoir d’échaudage vivants.

Le bétail
Les vaches laitières, les bœufs et les bouvillons sont abattus de la même façon que les porcs. Après avoir été emmenés dans des boîtes d’étourdissement, ils sont assommés par un pistolet à percuteur. Ce dispositif consiste en un fusil pneumatique ou à cartouches tirant un piston rétractable au centre du front de l’animal, provoquant son inconscience par pénétration ou par coup. Ici aussi le procédé d’étourdissement est imprécis, et son efficacité dépend de la compétence des employés, qualité rare dans les abattoirs canadiens.

Dans un récent rapport rédigé par le docteur Temple Grandin, trois abattoirs sur sept inspectés par les gouvernements fédéraux et provinciaux utilisent des techniques d’étourdissement inhumaines. La vérification a démontré que, dans certaines installations, jusqu’à 30 % du bétail et des veaux n’étaient pas étourdis de la façon appropriée au premier coup de pistolet à percuteur et devaient repasser par la procédure. Il est à noter que toutes les installations ont été averties à l’avance de l’inspection et qu’elles ont donc dû montrer leur meilleur visage.

Une fois inconsciente, les animaux sont enchaînés par une patte arrière et levés. Puis, on leur tranche la veine jugulaire ou la carotide, et ils saignent à mort. Suivent ensuite l’éviscération, l’écorchage et le démembrement.

_________________
La Vie Avant Tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lachapelle.express-forum.com
 
Les abattoirs Introduction,L’Abattage des Animaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La vie avant tout :: Pétition :: Agir pour la cause animal :: la cruautée animale dans tout ses sens :: Les animaux de fermes ont tous un visage-
Sauter vers: